AnD the. France Info

Pour ceux qui aiment le groove

Le saxo­pho­niste Pierrick Pedron fait de son nou­veau disque un objet sonore non identifié.

Le saxo­pho­niste Pierrick Pedron livre avec son nouvel album And The une musique en mou­ve­ment, hyper créa­tive qui mêle bop, jazz rock, funk, éthio jazz, ambiance électro et pop psy­ché­dé­lique. Avec ses 8 com­pa­gnons venus de toute l’Europe et ras­sem­blés cinq jours durant dans un studio de Bruxelles, Pierrick Pedron a réa­lisé un fan­tas­tique objet sonore : une musique à la fois com­plexe et dan­sante, au groove implacable.

Une longue gestation

Ce disque est le fruit de près de trois ans de tra­vail, car une fois l’enregistrement achevé, le saxo­pho­niste avec l’aide du contre­bas­siste et arran­geur Vincent Artaud a planché en studio sur la matière brute pen­dant un an, n’hésitant pas à ajouter de nou­veaux mor­ceaux ou de nou­velles par­ties instrumentales.

0

AnD the. FIP

Le jazzman fran­çais sort, « AnD the », un nouvel OVNI musical étour­dis­sant aux vibra­tions funk, jazz rock, pop psyché et afro.

Depuis 2009 et son sur­pre­nant « Omry » le jazzman Pierrick Pédron innove, explore et repousse tou­jours un peu plus loin les fron­tières de son ins­pi­ra­tion. Après ses expé­riences pop rock sur « Cheerleaders« , ce com­po­si­teur et impro­vi­sa­teur hors pair ren­dait, en 2012, un hom­mage auda­cieux et sans piano au géant du be-bop Thelonious Monk avec « Kubic’s Monk« . Deux ans plus tard, le saxo­pho­niste révé­lait un nou­veau coup de maître en célé­brant le réper­toire de The Cure sur le « Kubic’s Cure« .

Pierrick Pédron vient de dévoiler son nou­veau projet fou, « AnD the », réa­lisé avec Jan Weissenfeldt, moitié des mythiques Whitefield Brothers et enre­gistré, en cing jours, avec les cla­vié­ristes Vincent Artaud et Marja Burchard, Chris de Pauw, son gui­ta­riste de “Omry” et “Cheerleaders, ou son col­lègue hard bopper anglais le trom­pet­tiste Damon Brown.

Pierrick Pédron sera en concert le

25 février, en direct du Studio 105, pour un Live à Fip avec Arno.

Un nouvel album « cos­mique », né de l’envie de retrouver les vibra­tions groove de ses débuts pari­siens, lorsque Pierrick Pédron par­ti­ci­pait à de nom­breux pro­jets funk ou jazz-rock auprès de  de Juan Rozoff ou des Zucchini Metal Flashers. L’album est un sommet groove épous­tou­flant, un magma d’énergie pure pro­pulsé sub­ti­le­ment dans les stra­to­sphères par Pédron et ses aco­lytes vir­tuoses. Entre BO de films de SF ou de Blaxploitation, funk puis­sant, envo­lées psy­chées, rock pro­gressif, ethio-jazz, be-bop ou afro-funk, « AnD the » est bien un de ces albums majes­tueux et inclas­sables qui res­tent, long­temps, en haut de votre pile de disques.

Pierrick Pedron et sa bande seront en concert

le 16 mars au Studio de l’Ermitage à Paris.

Ecouter… : https://soundcloud.com/jazz-village



0

Pierrick Pedron And The. « Le Monde »

Le saxo­pho­niste Pierrick Pédron, comme d’autres, aujourd’hui qua­dra­gé­naires, qui ont débuté à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, a autant été porté, emporté même, par le jazz clas­sique, venu du bop, que par le funk et le rock. Un pre­mier album, Cherokee, publié en 2000, témoigne de sa pre­mière période en immer­sion dans la culture du jazz, les bases, le voca­bu­laire. En 2009, dans Omry, avec deux bat­teurs, gui­tare et cla­viers élec­triques, on entend ce que le jazz-rock, le rock aussi, ont pu lui apporter. Voici And the, avec une for­ma­tion d’une dizaine de musi­ciens, à ce jour le plus varié dans ses sources et les ins­pi­ra­tions. On y entend l’afro-beat de Fela, le cou­rant drum and bass qui a eu cours dans les années 1990, le jazz-rock façon Zappa (influence citée par Pédron), le funk, des évoca­tions musi­cales moyen-orientales, etc. Un assem­blage par­ti­cu­liè­re­ment réussi sur le plan de la com­po­si­tion de chaque thème comme de l’organisation d’un disque qui sus­cite l’enthousiasme du début à la fin. Sylvain Siclier
0

AnD THe

écouter CLOCK ROAD


0

Kubic’s Cure – Michel Contat

Kubic’s Cure

Pierrick Pédron

Après avoir réin­ter­prété Thelonious Monk, le jazzman adapte pour son trio la cold wave de The Cure. Avec un exci­tant et très moderne esprit de synthèse.

On aime passionnément

On se rap­pelle le pré­cé­dent disque du trio de cet excellent saxo­pho­niste alto quadra, Pierrick Pédron — que nous sui­vons atten­ti­ve­ment depuis ses débuts de hard bopper (l’album en grande for­ma­tion Cheerleaders fit même événe­ment en 2011). Son Kubic’s Monk, en 2012, il l’avait consacré entiè­re­ment à des com­po­si­tions de Thelonious Monk, qui plus est jouées par un trio sans piano ni ins­tru­ment har­mo­nique : sax, contre­basse, bat­terie. Avec la même for­ma­tion (lui-même à l’alto, Thomas Bramerie à la contre­basse, Franck Agulhon à la bat­terie), il fait à pré­sent appel à sa culture rock pour réin­ter­préter sans les trahir neuf titres du groupe anglais The Cure, dont le grand succès marqua les années 1980 avec sa cold wave sin­gu­lière d’inspiration gothique.

En adap­tant la musique du groupe, dont l’âme reste ­Robert Smith, chan­teur, gui­ta­riste, paro­lier et com­po­si­teur, Pierrick Pédron ne déguise pas sa musique. Tempos égaux, les deux ou trois accords du rock de base, avec de rares modu­la­tions, mélo­dies simples qui peuvent émou­voir ou cho­quer par des dis­so­nances, effets répé­ti­tifs, hyp­no­tiques. La voix est celle du saxo­phone alto, cha­leu­reuse, qui impro­vise ensuite avec impé­tuo­sité. Les effets sonores sont l’oeuvre, en studio et au mixage, du direc­teur artis­tique, Vincent ­Artaud, un vieux com­plice de Pédron. Invité sur deux titres, le trom­pet­tiste ­Médéric Collignon impro­vise ses solos en style free. Ce qui nous donne un disque d’une extrême moder­nité, constam­ment exci­tant, vrai pro­duit de labo­ra­toire de la créa­tion aujourd’hui quand elle a peu de moyens finan­ciers, de la fra­ter­nité musi­cale et beau­coup d’invention. Chapeau ! — Michel Contat

| 1 CD ACT/Harmonia Mundi.

Michel Contat – Telerama n° 3354

0

Kubic’s Cure, le 22 avril

ICI

0

Kubic’s Monk à Ramatuelle, JazzMagazine Jazzman

par Pascal Rozat

LIRE ICI

0