Le disque – sortie le 29 septembre 2011

Le jazzman a choisi de tomber le cos­tume désor­mais étriqué de soliste (…). Un type capable de voir au-delà des for­mats pour s’inventer un futur qui ne fasse jamais table rase du passé. (…)

L’idée de base était la fan­fare, un thème lié aux sons de mon enfance. Cet album était déjà dans ma tête il y a vingt ans. Je ne savais pas com­ment ni quand je le ferais. (…) Pour y par­venir, il va béné­fi­cier du sou­tien d’un couple de mécènes, de l’association Pedron-Omry et de ses adhé­rents, du conseil général des Côtes-d’Armor,  sans les­quels il lui aurait été impos­sible de s’embarquer dans l’aventure au long cours : une fan­fare inter­prétée par 17 cuivres des plus solides, sa bande des cinq (Vincent Artaud, Laurent Coq, Chris de Pauw, Fabrice Moreau et Franck Agulhon), un chœur de 6 voix et, aux manettes Jean Lamoot, génial ingé­nieur du son, et un com­plice de ses vertes années, Ludovic Bource, à la genèse et à la direc­tion artis­tique de ce projet, et producteur.

Des pre­mières trames mélo­diques cap­tées sur son por­table à l’enregistrement aux stu­dios ICP de Bruxelles, le chemin est par­semé de ques­tions : Comment imbri­quer les pistes de fan­fare dans la thé­ma­tique de mon sex­tette sans tomber dans le col­lage ni sonner cli­chés ? Comment les assem­bler pour créer une his­toire en continu ? (…) C’est Elise Dutartre, vidéaste et pho­to­graphe, qui va lui souf­fler la bonne idée : scé­na­riser le disque autour de la vie d’une majo­rette… La jeune fille à la baguette va devenir le per­son­nage cen­tral de cette bande-son super­so­nique. Ce n’est pas comme un film. C’est tout l’inverse : il y a la musique et il faut ima­giner les images. Neuf rêves ? Neuf cau­che­mars ? On pour­rait parler d’album-concept. On dira que Pierrick Pedron, super­latif sur son biniou, signe là un disque mani­fes­te­ment majeur.

ACT Music

Photos Elise Dutartre